Transfert Aéroport CDG- Amiens

Aéroport CDG - Amiens

 

Navette de transfert entre Aéroport Charles de Gaulle et la ville d' Amiens

 

Amiens et son histoire

A l’origine Samarobriva, la capitale des Amiens est mentionné dans les Commentaires sur la guerre des Gaules de César. Vers l 'an 40 le lieu est devenu une agglomération qui surveille le passage sur l’allée de la Chaussée d’Agrippa qui joint Lyon à Boulogne. En juin 68, date à laquelle Néron, le dernier empereur romain de la dynastie julio-claudienne est décédé, Samarobriva se transforme en un centre de répartition et d’équipement en arrière de la Britannia romaine. A ce moment même, des légionnaires et des marchands arrivent en grand nombre dans la ville.

Outre l’arrivée de ces derniers, on voit également améliorer le christianisme. Au IVe siècle, le martyre de Saint Firmin devient le premier évêque d’Amiens et aussi la charité de saint Martin par la tradition. Cependant, étant ravagé par l’incendie et saccagé de nombreuses fois par les Normands entre l’année 859 et 925, l’ancien castrum devient un sujet de dispute entre les hommes d’armes des princes flamands et des Robertiens durant cent ans.

On ne voit apparaître la vie économique qu’après l’an mille par la construction des moulins étant bâtis sur les bras d’eau de la Somme et le long du chemin de l’Eau, l’endroit de chargement des lourdes barques chargées de blé. En 1113, une forte solidarité se crée entre la population pour faire face au comte Enguerrand de Boves, ce avec l’aide et le soutien de leur évêque, saint Geoffroy et par le roi Louis VI. Ainsi, on voit apparaître la formation de la commune.

Ce n’est qu’au XIIIe siècle que la petite agglomération trouve sa plus grande ampleur. Citons par exemple la construction de la cathédrale et son affiliation à la hanse des dix-sept agglomérations lui donnant ainsi un grand avantage sur le commerce et sur le développement de son trafic fluvial. Autre évolution également, la fabrication des draps et la teinturerie à Saint-Leu, le négoce des céréales et des vins avec la Flandre et Paris.

En effet, le commerce de la guède qui est une plante crucifère d’origine Amiens servant d’outil pour la teinturerie, reste une activité majeure dans cette ville. Par ailleurs, avec ses feuilles qui donnent un pastel bleu pers, la guède est une des rares espèces très recherchée pour colorer des étoffes. La Flandre, l’Angleterre et l’Allemagne sont les pays les plus intéressés par cette plante.

En 1471, la ville d’Amiens récupère la monarchie après trente-cinq ans d’activité bourguignonne. Etant délogés par Louis XI pour avoir été du côté de Charles le Téméraire, les artisans viennent habiter dans la ville. En revanche, cela ne semble pas durer car les malheurs n’y manquent pas : après l’année 1560, les famines, la peste, les crises politiques, sociales et religieuses attaquent la petite agglomération.

Pour rétablir le calme et la sécurité dans la ville, la paix d’Amiens entre la France, l’Angleterre, la Hollande et l’Espagne est signée à l’hôtel de ville le 25 mars 1802 mais cela est en vain car l’hostile resurgit un an après cette signature.

 

Vers le XIXe siècle, grâce à ses velours d’ameublement, l’usine d’Amiens devient une renommée mondiale. Le coton retrouve de plus en plus sa valeur vis-à-vis de la laine. Enfin, la machine à vapeur fait ainsi surface grâce à l’apparition des cheminées de brique.

1870, l’année à laquelle la ville retrouve son évolution après avoir été paralysée durant l’hostile entre la France et l’Allemagne. En effet, on retrouve diverses occupations à savoir confection et chaussure, industrie alimentaire et l’industrie lourde connexe. Un des facteurs de développement également l’arrivée du chemin de fer : la gare du Nord, est baptisée en 1847 tandis que celle de Saint-Roch en 1875.

Violemment touchée par les deux guerres mondiales, la ville de Samarobriva a connu de véritable dégâts que ce soit au niveau population ou village. On compte par exemple 8 000 habitats touchés et 1 500 détruits suite aux bombardements allemandes. Autre que ces dernières, les artilleries du mois de mai 1940 ravageant le centre-ville sauf de manière miraculeuse la cathédrale. Vu que la ville se trouve près des côtes, les Britanniques ont atteint facilement son coup de poing aérien de l’opération Jéricho sur la prison le 18 février 1944. En outre, les chemins de fer ont été canonnés de nouveau durant la Libération. Outre la destruction des habitats, on compte également 6 305 immeubles détruits dont les débris sont répandus sur les 140 ha du centre-ville. Après la guerre, la ville d’Amiens fut restituée d’après les plans de l’architecte Dufau.

 

Distance entre la ville d’Amiens et les aéroports parisiens

L’aéroport de Beauvais se trouve à 62 km de la ville d’Amiens et le trajet peut se faire en 45 minutes seulement. A 130 km de la ville d’Amiens se trouve l’aéroport de Charles de Gaulle et le parcours se fait en 1 heure 30 minutes. L’aéroport d’Orly étant le plus éloigné de la ville d’Amiens car il faudrait prévoir 2 heures de route pour parcourir les 153 km les séparant.

Aéroport CDG - Aéroport d`ORLY

75€

Votre transfert entre les aéroports de CDG et Orly sera rapide par notre service de navettes.

Paris (Hôtel ou domicile) - Aéroport CDG

39€

Ou que vous residiez a Paris ,notre navette partagée ou voiture privée viendra vous prendre en charge vers l'aéroport CDG .

Eurodisney (Parc ou Hotel proche) - Aéroport CDG

0€

Un transfert rapide et efficace entre le Parc d'attractions Eurodisneyland et CDG

Aéroport CDG - Versailles (Château ou Hôtel)

80€

Des votre arrivée a votre terminal a CDG notre chauffeur vous prendra en charge vers votre Hotel a Versailles .